Législatives 2022 : l’ombre d’une cohabitation

114

Le 12 et 19 juin se tiennent les élections législatives françaises. Une échéance importante alors que la NUPES monte en force et effraie le gouvernement.

En avril 2022, les élections présidentielles ont vu la réélection d’Emmanuel Macron. Deux mois plus tard, les élections législatives sont déterminantes pour dégager et asseoir une  majorité  pour le mandat en cours. Ces élections visent à choisir les représentants siégeant à l’Assemblée nationale. En 2017, la majorité fut présidentielle, mais cette année pourtant, rien n’est moins sûr pour le parti Renaissance.

La gauche en force

Dimanche 12 juin, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) arrive très légèrement devant Ensemble !, avec 26,10% des suffrages. Pourtant le ministère de l’Intérieur place la coalition gouvernementale en tête avec 25,75% contre 25,66%. Les chiffres du gouvernement et les calculs réalisés par le journal Le Monde diffèrent. Comment expliquer cette légère différence ? Le quotidien critique d’ailleurs les choix du ministère, qui ne considère pas l’alliance Nupes dans sa liste officielle. Nouvelle coalition réunissant La France Insoumise, le Parti Socialiste, le Parti Communiste Français et Europe Ecologie Les Verts. Présente dans chacune des 577 circonscriptions, son objectif est de gagner la majorité des sièges à l’Assemblée et idéalement nommer Jean-Luc Mélenchon Premier Ministre.

 

 

Abstention record, cohabitation et paralysie politique

La phrase ressort à chaque élection et pourtant, ce scrutin ne déroge pas à la tendance qui se dessine depuis plusieurs années : le taux d’abstention a encore battu des records, grimpant à 52,49%. Si les partis d’extrême-droite n’ont pas brillé, le parti d’Éric Zemmour entre autre s’étant fait éliminer dès le 1er tour, la force engagée par la coalition de gauche ne rassure pas la majorité présidentielle. Scénario encore inenvisageable ces dernières années, ces élections laissent planer le doute sur une éventuelle mixité à la tête du pays. La cohabitation est la conjoncture politique dans laquelle le Président de la République et la majorité des députés siégeant à l’Assemblée sont de couleurs politiques opposées. Jusqu’à maintenant la Ve République a connu trois cohabitations : de 1986 à 1988, de 1993 à 1995 et de 1997 à 2002. Si ce dispositif a plutôt bonne image auprès de l’opinion publique, certains observateurs y voient un risque de paralysie politique. Bientôt le grand retour de la cohabitation à la tête de l’État ?

Laureline Chatriot

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close