L’Europe intensifie son aide à l’Ukraine

648

Les Occidentaux ont livré pour 65 milliards d’euros d’aide militaire, selon l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord (OTAN), tandis que Kiev se prépare à de nouvelles offensives russes au printemps.

 

« Dix-huit [chars] Leopard 2, ainsi que des munitions et des pièces de rechange, sont arrivés aujourd’hui en Ukraine » s’est félicité le ministre de la défense allemand, Boris Pistorius, le 27 lars dernier. Une livraison bienvenue côté ukrainien, alors que l’Allemagne faisait preuve de réticences à l’envoi de matériels offensifs à Kiev.

Cette flotte (dix-huit provenant d’Allemagne, trois du Portugal et six d’Espagne) vient s’ajouter aux Challenger 2 britanniques, aux transports de troupe Stryker américains et aux véhicules allemands de combat d’infanterie Marder. La France, elle, a envoyé des chars « légers » AMX-10 RC et va doubler sa livraison d’obus de 155mm, selon le ministre des Armées.

UKRAINE
PIXABAY

Le camp occidental accentue son aide militaire tandis que Kiev se prépare à de nouveaux affrontements au printemps. Russes et ukrainiens tentent de reconstituer leur effectifs et leur stock de matériels et de munitions pour mener des offensives au plus vite.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, insiste auprès de Washington pour la livraison d’avions de chasse de type F-16, refusé catégoriquement jusqu’ici par Joe Biden. Les États-Unis restent malgré tout le principal allié de l’Ukraine, avec plus de 70 milliards d’aide, selon l’institut Kiel pour l’économie mondiale, dont près de 30 milliards d’aide militaire.

L’Union européenne et ses États membres sont également des partenaires précieux pour l’Ukraine. Ils ont aidé leur voisin européen à hauteur de 67 milliards d’euros, dont 37, 8 milliards d’aide financière. L’Allemagne, la Pologne, La France et la Norvège sont parmi les plus engagés dans cette assistance économique. Le Royaume-Uni, de son côté, a fourni 8,31 milliards d’euros, dont 5 milliards d’aide militaire direct.

Malgré un arsenal vieillissant, la Russie dispose toujours d’une capacité militaire importante. Elle a reçu un soutien de poids de la part du président chinois, Xi Jinping, quelques jours avant d’annoncer le déploiement d’armes nucléaires tactiques en Biélorussie. L’adhésion de la Finlande à l’OTAN, mardi 4 février, a poussé Moscou à renforcer militairement leur frontière commune, longue de 1300 km.

 

Kevin NECTOUX

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close