Covid-19 : Le lourd bilan du tourisme dans la Caraïbe

206

À l’échelle mondiale comme dans la Caraïbe, le secteur du tourisme est quasiment à l’arrêt.

Les grands croisiéristes annulent les départs tandis que la plupart des compagnies aériennes réduisent ou suspendent les vols vers les Caraïbes. Une situation catastrophique pour l’Archipel antillais.

Les pertes sont impressionnantes dans la zone Caraïbe. Suite à la pandémie inédite due au nouveau virus, les professionnels du marché sont en alerte. Alors que les politiques mettent en place des mesures sanitaires strictes pour les usagers du secteur, tous les indicateurs restent dans le rouge.

En d’autre temps, le tourisme aux Antilles (le Sud Grande-Terre, Deshaies, les Saintes en Guadeloupe et l’Espace Sud en Martinique) constitue l’un des atouts de l’économie locale. L’arrivée par avion et par bateau de croisière permet d’accueillir une plus large clientèle principalement métropolitaine mais également antillaise et américaine. Mais la crise sanitaire de 2019 qui dure encore, a changé les analyses. Depuis plusieurs mois, on observe dans toute la caraïbe une chute des fréquentations. L’arrivée des touristes dans cette zone privilégiée naturellement est passé sous la barre des 60%.

Plage des Anses d'Arlets (Martinique)

Une catastrophe pour l’industrie du tourisme

Mais, alors que des Etats proposent de vacciner tous les travailleurs du tourisme, l’Organisation du Tourisme des Caraïbes alerte sur la pire des catastrophe économique pour la région.

En février dernier, à Saint-Barthélemy, les annonces gouvernementales ont été reçues comme un coup de massue. Nils Dufau est le président du Comité territorial du tourisme à Saint-Barthélemy. Il accompagne les professionnels du secteur et se dit désespéré. « On n’a qu’une seule branche économique ici : le tourisme. On n’a pas d’agriculture, on n’a pas d’industrie, c’est le tourisme qui fait vivre toute l’île », avoue Nils Dufau.

Selon François Baltus Languedoc, directeur général du Comité martiniquais du tourisme, les nouvelles restrictions Covid-19, entraînent « un arrêt pur et simple de la saison touristique ». Depuis l’obligation d’un motif impérieux pour entrer aux Antilles, qui vient compléter les tests de dépistage, c’est un véritable séisme pour les acteurs du tourisme local. D’autres Etats de la Caraïbe réagissent en lançant des campagnes de vaccination de masse.

La Caraïbe sans touristes, comme une âme en peine

Dans un communiqué, l’Organisation du Tourisme des Caraïbes (CTO) a déclaré que l’impact du Covid-19 sur le tourisme est flagrant. Entre avril et mi-juin 2020, il n’y a eu aucune activité vers les destinations Caraïbes. Dans les îles françaises Les annulations se multiplient après les mesures prises pour restreindre l’afflux de voyageur dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Avec la fermeture des frontières, les conséquences sont chiffrables, nombre d’hôtels et de restaurants sont vides. Des attractions désertes, des travailleurs licenciés, des avions au sol et des navire de croisière à quai. « Bien que nous ayons constaté des fluctuations des visiteurs à la fin 2020, l’afflux de visiteurs n’a pas atteint le niveau enregistré avant la pandémie », indiquait le CTO. Seul « un transport aérien dédié essentiellement au rapatriement des habitants et du fret » fonctionne. Mais, de façon limitée, remarque les responsables de l’Organisation du tourisme des Caraïbes.

Un resort en République Dominicaine

L’organisation du Tourisme un observateur efficace

L’hébergement et la restauration, sont les deux piliers du tourisme. Ils représentent plus de 4 % de l’emploi salarié en Martinique et en Guadeloupe. Bien que l’hébergement touristique génère une valeur ajoutée supérieure à celle de la restauration, cette dernière dégage un meilleur taux de marge aux Antilles. En 2017, la fréquentation dans les hôtels antillais s’établissait à 2 500 000 nuitées, réparties de manière équitable entre la Guadeloupe et la Martinique. La majorité de ces nuitées sont effectuées par des Français provenant de France hors Antilles (63 % en Martinique et 59 % en Guadeloupe, dont 1 % provenant de Guyane).

L’OTC a noté que les restrictions gouvernementales à la fois dans les Caraïbes et dans le monde (réduisant les arrivées de touristes dans la région en 2020) sont tombées à un peu plus de 11 millions. Soit une baisse de 65,5% par rapport au record de 32 millions de visites touristiques en 2019.

La destination Caraïbe tente de réagir

Quoiqu’il en soit, les dirigeants d’Antigua-et-Barbuda ne désespèrent pas. Ils ont décidé d’anticiper la reprise du tourisme. À ce jour, plus de 23 000 personnes ont été vaccinées contre le Covid-19. Parmi elles, les personnel de santé, les personnes âgées, les citoyens vulnérables, les éducateurs, les membres du secteur public et les travailleurs de première ligne du tourisme.

À Antigua-et-Barbuda, plus de 2 000 professionnels de l’hôtellerie parmi lesquels des employés de l’hôtellerie, des voyagistes, des restaurants et des détaillants, ont déjà été vaccinés.

Les îles Vierges Britanniques (Mongo bay)

La crise du Covid-19 montre-t-elle les limites du modèle touristique antillais?

Certes, l’activité touristique aux Antilles est liée à l’arrivée de visiteurs américains et européens. Mais les antillais également se déplacent dans la région mais pas suffisament, constatent les experts. La fréquentation des hôtels est très subordonnée à l’arrivée en masse des visiteurs étranger ou de l’Hexagone. Selon le Fond Monétaire International, l’expérience des crises précédentes laisse penser que la reprise pourrait être tardive.  Sans compter le risque que la crainte suscitée par le virus ait un effet durable sur le tourisme dans la région, même après le recul de la pandémie.

Dorothée Audibert-Champenois – Master 2 Data Journalisme – Images OCT Avril 2021

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close