Twitch lance son intelligence artificielle pour lutter contre les harceleurs virtuels

188

Twitch est une plate-forme de diffusion de contenu en direct. Afin de protéger ses utilisateurs, elle propose une nouvelle fonctionnalité.

Originellement, Twitch est une plateforme de diffusion consacrée aux jeux vidéos. Depuis 2016, la firme américaine se diversifie. On peut y retrouver des « streameurs » (diffuseurs de contenu en direct) qui donnent des conseils en cuisine, jouent à des jeux de société ou bien partagent leurs voyages. L’entreprise américaine connaît une seconde popularité, en France, grâce au journaliste Samuel Etienne. Ce dernier avait ouvert son compte sur la plate-forme pendant le deuxième confinement. Il animait des émissions où il recevait des personnalités comme François Hollande ou encore Elise Lucet. Il est l’un des acteurs qui a permis de faire connaître Twitch au grand public en France.

Le cyberharcèlement, c’est quoi ?

Le cyberharcèlement est invisible, enfin presque. On le retrouve généralement sur des forums, dans des jeux vidéos ou encore sur les réseaux sociaux. Il existe plusieurs types de harcèlement virtuel :

– Insultes, menaces ou les intimidations

– Piratage de comptes

– Propagation de fausses rumeurs

– Chantage en ligne (phishing : escroquerie pour récupérer des informations personnelles, sexting : sex / texting : diffusion d’images à caractères sexuels à l’insu de quelqu’un)

– Swatting : Un utilisateur de Twitch appelle la police pour signaler un crime commis à une adresse (qui n’a pas eu lieu) et envoie une patrouille chez le streameur.

La plate-forme Twitch qui est un réseau social sans vraiment l’être, s’expose à tous les dangers précédemment cités.

L’outil « Suspicious User Detection » pour aider à la modération de Twitch

Dans un premier temps, l’outil détecte les messages des « harceleurs » qui ne pourront plus être vus dans le chat d’un streameur. Seul le diffuseur de contenu et ses modérateurs pourront les consulter et choisir entre surveiller ou bannir l’utilisateur. Le géant américain a précisé que son système d’intelligence artificielle «n’est pas fiable à 100 % » et que « l’outil n’exclut pas tous les fraudeurs ».

Hugo Kitson

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close