NOMOPHOBIE : L’addiction au Smartphone

452

Le Smartphone, est devenu le compagnon indispensable et  l’outil multifonctions, peut provoquer une addiction et même une Nomophobie.

L’ampleur de cette phobie, plus grande chez les jeunes résulte d’un impact direct à la fois physique et psychique. Certes, le rapport au téléphone a évolué passant d’un outil facilitant la vie à un auxiliaire neurologique indispensable de jour comme de nuit. Comment cette pathologie se caractérise-t-elle? Comment affecte-t-elle les rapports sociaux et les performances ? Comment  éviter cette dépendance ?

Le Smartphone occupe notre esprit en permanence : Salles d’attentes, transports, travail, intimité etc.. Ce doudou des temps moderne  est devenu le meilleur ami de l’homme .Des études scientifiques ont démontré que plus que 65% des personnes se sentent mal à l’aise sans portable, 45% le gardent même au lit.

Agissant sur la santé, la « No Mobile Phone Phobie » se traduit généralement par la panique, la courte respiration, allant jusqu’à la nausée et le stress en vérifiant sans cesse son téléphone si on n’a pas reçu de messages ou appels sans même l’entendre sonner ou vibrer.  Coté social, les dommages sont de tailles, la dépendance isole les individus et détourne l’objet de sa fonction première créer du lien. Désocialisation, conflits entre amis, familles, performance scolaire, manque de concentration…, les conflits provoqués sont énormes et peuvent détruire des relations.

Le remède à cette addiction commence par un bon diagnostic sur son rapport au Smartphone .En pratique, couper les notifications, éteindre son portable est un bon début, cela permet de reprendre le contrôle.

En conclusions, l’utilisation abusive du Smartphone a un impact néfaste sur nos vies, et nos interactions. La prise de conscience et la maitrise de son Smartphone reste la meilleur solution.

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close