Marseille Métropole, le royaume de Martine Vassal

190

Défaite aux dernières municipales, la dauphine de Jean-Claude Gaudin s’est consolée en retrouvant son siège de présidente de la Métropole Marseille-Provence.

Elle a perdu. Et pourtant : elle a un peu gagné. Arrivée loin derrière le Printemps Marseillais au second tour de juin dernier, Martine Vassal a dû faire une croix sur le rêve de sa vie : la mairie de Marseille. Mais pas d’inquiétude, pour cette femme à poigne, ce n’est tout de même pas la Bérézina… La championne de la droite du 13 a su conserver son strapontin de présidente de la Métropole. Et c’est loin d’être un lot de consolation. Si à première vue il s’agit d’une institution moins prestigieuse que la légendaire Mairie qui fait si fantasmer, en réalité depuis quelques années, l’essentiel du pouvoir est là. Benoît Payan a eu Marseille, Martine Vassal a eu le Grand Marseille !

Cette collectivité territoriale, peu connue des Marseillais, est pourtant au cœur de leurs vies. Listons la longue farandole des compétences de la Métropole : développement économique, urbanisme, politique du logement, stationnements routiers, transports en commun, traitement des déchets… C’est là que tout se passe ! La solution aux problèmes des Marseillais se trouve ici bien plus qu’à la mairie. 

 

Très chère Métropole

Martine Vassal le sait bien. Le 27 janvier, elle livrait ses vœux à la presse au cœur du siège flambant-neuf de sa chère métropole. Installée en plein milieu du quartier Euroméditerranée, en front de mer, Martine Vassal peut laisser libre court à son ambition. « Tout s’effondrerait dans toutes les communes sans la métropole et le département » affirmait t-elle d’un ton péremptoire. La métropole d’accord. Il est vrai que cette institution est un peu la planche à billet des communes de l’agglomération marseillaise. En ce moment, pour cause de crise sanitaire, elle rase gratis. Mais le Département ? Ah oui, c’est vrai ! C’est aussi Martine Vassal qui le préside… Véritable tiroir-caisse, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône est chef de file en matière d’aide sociale. Capital dans un département aussi inégalitaire. RSA, allocations familiales, Ephads, aide à l’enfance, entretien des collèges… Le Département, c’est la jambe gauche de Martine Vassal. 

Impossible de savoir qui fait quoi

Toujours entre ses deux bureaux, cette disciple de Jean-Claude Gaudin cumule avec plaisir et expérience. Département-Métropole. Métropole-Département. C’est le yoyo institutionnel. Mais c’est aussi un utile moyen pour cerner le nouveau maire de Marseille… Pris en étau entre ces deux institutions (mais également par la Région PACA, elle aussi dirigée par la droite) Benoît Payan n’a qu’une très faible marge de manœuvre. Dès lors, c’est l’imbroglio. Là réside tout le problème de ces collectivités territoriales, qui telles le mille-feuille, se chevauchent et s’entremêlent. Rien n’est possible sans l’autre. Confusion générale. Il faut presque avoir fait polytechnique pour comprendre quelque chose. On ne sait plus qui fait quoi. Comment s’en sortir dès lors lorsque la Mairie penche à gauche et la Métropole à droite ? Il y a conflit politique. Chacun cherche à se refiler la patate chaude. C’est le fiasco avec les poubelles ? Avec la voirie ? Avec les bus ? Les Marseillais s’entendent répondre : « ce n’est pas moi c’est l’autre ». Le risque : la panne sèche. Le sur-place. Marseille souffre de cet immobilisme, de cet attentisme. Cela fait des années déjà. Depuis toujours peut-être. Et pas sûr que cette Métropole, présentée à l’époque par son initiateur Jean-Marc Ayrault comme un gage d’efficacité, y change quelque chose. Il se peut même qu’elle empire encore la situation… 

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close