Handball : un système économique trop faible face à la crise ?

139

Depuis plusieurs années, le système économique du handball en France était loué en Europe. Cependant, la Covid-19 a de grandes chances de bouleverser ce modèle financier tant apprécié.

À l’image d’autres sports comme le football, la Ligue Nationale de Handball (LNH) a dû suspendre brutalement sa saison 2019-2020 au mois d’avril dernier. Ce qui fait de Paris le champion de la Starligue et de Cesson-Rennes le champion de Proligue. Un arrêt qui inéluctablement conduit à des pertes économiques pour les clubs en France. L’avenir est plus que jamais incertain. Avant la reprise du championnat pour la nouvelle saison 2020-2021, le directeur du club de Créteil Kamel Remili confiait « C’est difficile d’imaginer ce que sera la saison prochaine. Le sport ne va pas être la priorité pour les entreprises, donc il y aura un impact économique ».

Le handball ne dispose pas d’une manne financière rutilante. Son économie repose sur des partenaires privés qui assurent aux clubs une relative stabilité financière. La pandémie rebat les cartes. Les partenaires du handball voudront-ils toujours investir demain ? C’est la question cruciale que se pose le président de la LNH David Tebib « Si le modèle du hand français ne dépend pas d’une source dominante de revenus, les partenariats privés constituent une bonne partie de l’économie des clubs ».

Prenons en exemple, Montpellier Handball, les partenaires privés du club représentent 25% du budget. L’équipe non qualifiée pour la Ligue des Champions risque en cas de huis clos de perdre encore 10% de son budget professionnel. Toutes ces pertes pourraient inciter Montpellier à revoir son train de vie comme l’admet le président Julien Deljarry « On devra peut-être faire des efforts au quotidien, limiter nos efforts en communication ou voyager de façon un peu moins confortable ».

Un huis clos néfaste

Face à ce manque à gagner, il était évoqué de reporter le début de la saison actuelle à début octobre pour éviter de jouer les matchs à huis clos, et ainsi éviter les pertes financières liées aux recettes des billetteries et des sponsors. Une idée qui se heurte à la rapide propagation du virus en France. La LNH est désormais confrontée à un dilemme. Suspendre les championnats ou continuer à jouer  sans public ? Il a finalement été décidé après une visioconférence de maintenir le championnat, quitte à devoir jouer sans spectateurs dans les stades. Un choix risqué tant l’accueil du public représente une part importante du budget des clubs, surtout que les partenaires privés sont eux aussi touchés par cette crise sanitaire et financière.

Il y’a quelques mois, le président du syndicat des entraîneurs de handball Thierry Anti avouait que « L’économie même aujourd’hui du handball professionnel n’est pas suffisamment puissante pour résister à ce genre de crise, par rapport au football ou au rugby ». Auparavant porteur d’un modèle économique exemplaire, le handball français va peut-être devoir réinventer son système financier pour survivre à cette crise partie pour durer.

 

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close