Beyrouth a sombré dans un cauchemar le 4 août 2020.

258

Beyrouth, s’est réveillé le 4 août 2020 sous le choc après deux gigantesques explosions d’une puissance enregistrées comme un séisme de magnitude 4.

La capitale du Liban, Beyrouth, a été nommé ville « sinistrée » après deux énormes explosions survenues dans le port, le 4 août 2020. Une très violente explosion a ravagé une grande partie de la ville. Le souffle a été ressenti à plus de 200 km. Le paysage devenu surréaliste : les conteneurs ressemblés à des boites de conserves, tordues, éventrées, entourés de voitures calcinées. Les puissantes déflagrations qui ont secoué le port de la capitale ont fait au moins 200 morts, 4000 blessés et des dizaines de disparus. Les recherches se poursuivent, et des enquêtes sont menés par l’armée Libanaise, et plusieurs pays comme La France, et les États-Unis.

La déflagration, a été provoquée par d’énormes quantités de nitrate d’ammonium, un engrais explosif, emmagasiner dans le port. « Sans mesures de précaution » selon une source proche du dossier. Dans les rues de Beyrouth, des soldats ont évacué des habitants abasourdis, certains couverts de sang, T-shirt autour du crâne pour panser leurs blessures, tandis que des habitants cherchaient désespérément leurs proches manquants à l’appel. « C’était comme une bombe atomique. J’ai tout vu, mais rien de tel » témoigne Joseph Yarghanian, un employé à la retraite qui vit depuis plus de 60 ans face du port.

Cette explosion a dévasté des quartiers entiers de la capitale, laissant plusieurs dizaines de milliers de personnes sans abri et fragilisant davantage un pays miné par une crise économique inédite et par la pandémie de Covid19.

Malgré les situations dramatiques, et comme toujours, le peuple libanais qui a déjà connu de nombreuses catastrophes saura surmonter cette épreuve. Patience, persévérance et espoir étant les mots clefs principaux des libanais.

Jana Lahoud

Close
© Copyright 2021. All rights reserved.
Close